vendredi 29 juillet 2016

Dans Archée juillet 2016, ma conversation avec Jonas Fritsch est en ligne


En plus de nombreux articles fort intéressants entourant le colloque "Re-Create",
l'édition d'Archée juillet 2016 publie ma rencontre avec Jonas Fritsch chercheur-designer
dans le cadre de ma série d’entrevues autour du thème Affect ou émotion en art immersif et interactif.



Intro:
"Depuis les années 1990, la question de l’affect alimente ce que les cultural studies appellent « the affective turn ». Afin de connaître les impressions ou leur conception concernant cette question, il nous est est apparu essentiel d’interroger directement des chercheurs-créateurs tel que Jonas Fritsch qui explique dans cette entrevue comment les modulations philosophiques de l’affect sont au cœur de son travail créatif alors que l’émotion concerne davantage l’expérience esthétique du public. [suite...]"

Cette série comprend deux autres rencontres publiées auparavant dans Archée,

en octobre 2015

en février 2016

Bonne lecture !

vendredi 8 juillet 2016

"Manger, Mâcher, Avaler: une immersion esthétique", Panel, Espace Scudéri, 17.07.2016



Vous avez le goût de discuter Art et Expérience esthétique autour de l'exposition "M", (MANGER, de l'artiste-entrepreneur Makwanda ?

Rendez-vous à l'Espace Scudéri, 
dimanche 17 juillet 2016 à compter de 17 h. 

J'y donne une communication avec trois autres panelistes:

https://www.facebook.com/events/273504576372508/



Dans le cadre de l'Exposition (MANGER).

17h00 : Ouverture du panel
17h10 : Communications des panélistes
18h45 : Table ronde avec le public


PROGRAMME :

Dynamique de la création artistique: oeuvre d’art et société
- Teva Flaman, Ph.D (Théorie des arts)

Manger les images
- Denis Adams, Ph.D (Science des religions)

L'artiste entre singularité, subjectivité et ''résistance infrapolitique''
- Hanieh Ziaei, Doctorante (Sociologie de l'art)

Manger, mâcher et avaler : une immersion esthétique
- Louise Boisclair, Ph.D (Sémiologie)


PROBLÉMATIQUE :

(consulter le site ci-dessus)

dimanche 19 juin 2016

Art écologique ou écologie de l'expérience climatique


On me demande, c'est quoi ta nouvelle recherche ?

He bien je jongle avec la question suivante :
En cette période de transition énergétique, comment l'art écologique peut-il nous aider à mieux saisir les enjeux?

Mais tu ne travaillais par sur l'installation interactive ?

Oui, et je continue. J'ai d'abord exploré son impact sur la perception, sur le corps et sur l'expérience esthétique. C'est le sujet de mon livre "L'installation interactive: un laboratoire d'expériences perceptuelles pour le participant chercheur".

Ensuite j'ai poussé plus loin le rôle de l'émotion et de l'affect quand on vit une immersion, dans la vie comme dans l'art. C'est le sujet de mon prochain livre "Affect, émotion et expérience esthétique: de l'immersion interactive à la voix de l'événement".  (À venir, 2017)

C'est un cheminement étonnant, non ?

Peut-être, mais ça a émergé petit à petit. Ça s'est enraciné. Puis, des tiges et des feuilles. Ensuite toutes sortes d'embranchements.

Ça m'a amenée à l'écologie de l'expérience esthétique.

Et, vu la transition énergétique en cours, pour ne pas dire la mutation planétaire, avec COP21, j'ai décidé d'examiner comment l'art écologique peut devenir une expérience écologique. Et pas un effet de bascule, comment l'écologie de l'expérience climatique trouve des manifestations inspirantes dans l'art à saveur écologique.

Pour faire court,

je suis passée de l'installation interactive à l'immersion interactive à l'art écologique.
De la perception, de la corporéité à l'affect et l'émotion au centre de l'expérience esthétique, entre vie et art.

Aussi j'ai proposé le participant-chercheur au centre de la fréquentation de l'art interactif.

Ensuite j'ai démêlé l'affect de l'émotion et l'expérience de l'événement, en considérant l'art comme un condensé de vie et les événements de la vie.

L'écologie de l'expérience a pris le relais !

dimanche 14 février 2016

Affect and the Expression of Affectual Capacities. A Conversation with Andrew Goodman.


Dans l'édition février 2016 d'Archée est mise en ligne ma conversation avec Andrew Goodman qui poursuit le dossier intitulé « Affect ou émotion en art immersif et interactif » mené auprès d’artistes internationaux du domaine. Depuis les années 1990, la question de l’affect alimente ce que les cultural studies appellent « the affective turn ». Il devient donc essentiel de connaître les impressions ou conceptions des artistes de l’art immersif et interactif. L’artiste nous explique ici comment la notion de l'affect, davantage que celle de l'émotion, inspire son travail immersif et interactif.

Dans ce même numérod'autres articles d'artistes-chercheurs gravitent autour du phénomène d'écosophie (Guattari) de l'acte artistique.

"C’est avec la notion de régénération que nous commençons l’année. Comment les pratiques artistiques, en se regénérant elles-mêmes et en s’élaborant à travers diverses formes d’expression, peuvent contribuer à trouver des solutions ou du moins à secouer la conscience collective de l’humanité pour lutter contre le péril de dégénérescence de notre planète ? Telle est la question posée dans ce dossier qui réunit de nombreux artistes-chercheurs dont Jocelyn Fiset, Philippe Boissonnet, Jean Voguet, Gisèle Trudel et Vincent Mignerot dans ce premier numéro et Fabien Zocco, Jean-François Côté, Slobodan Radosavljevic, Mariana Castellanos, Mariza Rosales, Serge Olivier Fokoua, Pierre Ouellet, et Christine Palmiéri et bien d’autres, dans le prochain numéro." (intriduction éditoriale de Christine Palmiéri).

Bonne lecture!


lundi 11 janvier 2016

Mon prochain livre s'intitule: Affect, émotion et expérience esthétique


Si toutes les étapes se passent rondement, cet essai verra le jour d'ici fin 2016.
Pour les personnes intéressées, en voici le résumé.


Résumé


Affect, émotion et expérience esthétique : de l’immersion interactive à la voix de l’événement propose aux lecteurs un dialogue entre les modalités affectives de l’art immersif et les lumières conceptuelles de la philosophie de l’expérience, entre vie et art.

C’est que l’art en tant que vie condensée et la vie avec ses épiphanies offrent des expériences esthétiques singulières où circulent divers affects et émotions. Si l’émotion envahit pleinement notre conscience, l’affect demeure en grande partie non conscient. Omniprésent, il marque la cadence. Il détermine la direction. Il souffle l’air du temps. Dès qu’on l’approche, il nous échappe. Il se laisse difficilement capturer sauf si le corps devient la cible de ses forces et de son énergie. Protéiforme, inchoatif ou évanescent, il favorise l’émergence d’un événement qui capture notre attention et élargit notre champ de conscience.  

Sous forme de récits et de réflexions, Affect et expérience esthétique explore ce processus affectif des dimensions immersives, interactives et réflexives.

L’introduction, Condensations immersives, brossse le contexte, souligne des bifurcations et lance des questions. Le chapitre 1, Expérience-événement-expérience, examine comment l’expérience fait événement et révèle les relations entre corps et affect. Un premier récit, Le devenir ému du corps cannellisé, porte sur une œuvre participative polysensorielle. Ensuite le chapitre 2, Affect ou émotion, décline leurs modalités respectives et propose comment cartographier l’expérience esthétique. Un deuxième récit, Aux premières loges de l’immersion néonatalogique, expose un événement extrême, l’accompagnement d’un bébé prématuré. Le chapitre 3, En incubation la vie ne tient pas qu’à un fil, analyse les enjeux de cette singulière immersion interactive ainsi que les montagnes russes de son déroulement affectif. Puis nous plongeons dans trois courants entremêlés en art actuel. Amorcé par le troisième récit, Submersions à 360º, le chapitre 4, Plongée immersive dans le virtuel, examine ce premier courant immersif et virtuel et explore des immersions en gravité altérée. Après le quatrième récit, Performances inter-intra-trans-actives, le chapitre 5, Navigation infra-active et projective, pénètre le courant interactif et projectif, examine la corporéité intra-active et soulève les modalités haptiques et synesthésiques de l’affect. Le cinquième récit, Dévoilons le mimétisme, sert de passerelle au chapitre 6, Flottement réflexif et intégratif, où nous trempons dans le bassin réflexif qui intègre les deux premiers courants. Chacun de ces courants a pour effet de nous dé-re-territorialiser. Enfin le sixième et dernier récit, L’émergence neutralisante de « Relaxe » favorisant l’absorption d’une chute, donne le ton du chapitre 7, La voix de l’événement, qui analyse le renversement de forces qui auraient pu être dramatiques. Après cette mise à l’épreuve de la boîte à outils conceptuels, en guise de clôture, le chapitre 8, Retournons le sablier, filtre les notions proposées au chapitre 1, à la suite de leurs inflexions dans la mise à l’épreuve des récits et des réflexions.

Ainsi cet essai constitue un événement en plein processus.

Somme toute, l’expérience esthétique ne connaît pas de frontières entre vie et art, plutôt des postures distinctes qui la modulent singulièrement. Les événements de la vie tracent la voie de l’expérience esthétique avec l’émergence parfois d’une voix tandis que l’art nous invite dans une plongée non sans risques dans les dimensions vitales condensées. Ce qui « fait événement », à travers les dimensions immersives, interactives et intégratives, prime dans l’écologie des corps, entre affect et émotion.


Descripteurs : agencement, affect, affect d’alerte, émotion, corps, force, qualité, intensité, expérience, expérience esthétique, événement, « faire événement », perception amodale, matrice expérientielle, concept sensible, sensibilité conceptuelle, concept intercesseur, dé-re-territorialisation, machinique, devenir, diagramme, cartographier, écologie, virtuel, immersif, intra-actif, infra-actif, trans-actif, projectif, réflexif, intégratif, mise à l’épreuve, voix de l’événement, processus, préhension, ingression, vie, art.

vendredi 6 novembre 2015

From affection to reflection, from listening to craftsmanship. A conversation with Nathaniel Stern

ARCHÉE novembre 2015.

Giverny, Nathaniel Stern

Cette conversation avec Nathaniel Stern inaugure le dossier intitulé « Affect ou émotion en art immersif et interactif » mené auprès d’artistes internationaux du domaine. Chaque conversation, publiée dans sa langue originale, repose sur cinq questions autour du rôle de l’affect et/ou de l’émotion, tel que conçu et vécu par l’artiste et son public. Les réponses donnent lieu à des questions additionnelles, des commentaires ou des observations qui permettent d’approfondir cette problématique. Depuis les années 1990, la question de l’affect alimente ce que les cultural studies appellent « the affective turn ». Il devient donc essentiel de connaître les impressions ou les conceptions des artistes de l’art immersif et interactif. 
Article accessible : [suite...]

vendredi 9 octobre 2015

The Voice of the Event or the Emerging Technique of analysis of Aesthetic Event, ma conférence à ATC

Du 14 au 18 a lieu la conférence internationale AFFECT THEORY CONFERENCE, Lancaster, Pensylvanie.

http://www.affecttheorymu.com

Cette conférence internationale réunit des chercheurs à la fine pointe de la question de l’affect, le thème central de ma recherche postdoctorale. Uniquement 200 des 600 propositions reçues ont été acceptées. Il y aura également des panels-conférences des principaux théoriciens à l’origine du « affective turn » en 1995 par le « cultural studies », dont mon superviseur Brian Massumi.

Theme : Affect et 19 sous-thèmes



Sous-thème de ma conférence :
Stream 15- Stream #15 – Practising Affect: Exercises, Techniques, Methodologies
PANELS: SATURDAY OCT 17 – 1:45 until 3:25 pm
Saturday 3-12: Affective Methodologies (S15) – Lower Level 1-02

Titre de ma conférence acceptée ATC
The Voice of the Event or the Emerging Technique of analysis of Aesthetic Event

By Louise Boisclair, Ph.D.

This presentation analyses a dramatic event from which emerges a technique of research and analysis useful for the analysis of immersive interactive experience of the affect. It deals with Presence, Capacities to affect and be affected (Spinoza, Massumi), Missing half second (Libbet), Magnification, Direct Recognition (Whitehead) and Experiential Matrix (Stern). This content will be developed as the last chapter of my book (2016) on my postdoctoral research untitled Affect et expérience esthétique. De l’immersion interactive à la voix de l’événement.

Here is the abstract:

How the self-creative force "Relax" deviates or absorbs the destructive forces in a Fall
The living body, in a state of alertness which redirects attention, reveals unique capabilities to be affected and to affect (Spinoza, Massumi), active and reactive forces (Nietzsche, Deleuze) and accounts for a direct and creative self-producing activity. Then, the missing half second (Libet 1985) is the scene of a perceptual magnification.

With the immanent order "Relax", a fall at the corner of an icy street during a snowstorm not only does not cause injury, but culminates in a running event of micro-moments until the absorption of the shock (Massumi 2002: xxi). Forces interfere until this creative trend coming from Tai Chi practise neutralizes the shock, as informed by notions from the art of tai chi (Ma Yueh-Huang et Zee Wen 1986: 7; Mantak Chia and Juan Li 1988: 162).
To examine this event more closely, we will draw on the conception of ‘direct recognition’ by Whitehead (1927, 17) which is based on two complementary concepts: the ‘presentational immediacy’ and the ‘causal efficiency’ constantly interpenetrating. 
After defining the event and the affects involved, we will analyze its enunciative phases from which the last one is the emergence of the Voice of the Event. To understand deeply the affective power of this voice, I propose that the intensity of the shock dives into the ‘experiential matrix’ (Stern 2000: 67-68) of the body from where creative virtual forces (affects), the Voice, emerge in order to neutralize the shock.




samedi 29 août 2015

L'installation interactive : un laboratoire d'expériences perceptuelles pour le participant-chercheur, coll. "Esthétique", PUQ, 2015, 224 p.




Pour la rentrée 2015 : l'appréciation 
des lecteurs-lectrices !





« J'ai donné L‘installation interactive à lire aux étudiants de Master et cela les a fortement aidés à comprendre en quoi consiste une recherche en art. Je pense qu'il s'agit d'un modèle d'approche phénoménologique très intéressant pour les arts plastiques. » - Françoise Lejeune, artiste-chercheur, CREM- Centre de Recherches sur les Médiations – EA 3476, Université de Metz, France

« 
Le sujet en est extrêmement pertinent et cette recherche remarquable de finesse et d'intelligence sera immensément utile à toute la communauté d'artistes et de chercheurs qui produit et s'intéresse aux pratiques artistiques interactives assistées technologiquement (sémioticiens visuels, historien et théoriciens de l'art). » Jocelyne Lupien, professeure, Histoire de l'art, Faculté des Arts, UQAM, Montréal, Qc, Canada

« A travers l'analyse de quatre installations interactives, Louise Boisclair approfondit les effets perceptuels, corporels et esthétiques de l'expérience interactive. Plus précisément dans mon film-jeu vidéo Mécanique Générale, elle met à jour la notion de remédiation présente à travers ses deux modalités : l'immédiateté et l'hypermédialité. » Thierry Guibert, artiste-enseignant-chercheur en arts visuels et médiatiques, Pau, France

« En discutant quatre cas d’installations interactives exemplaire, Louise Boisclair conduit le lecteur dans un voyage immersif fascinant, là où son corps est appelé à prendre une position claire pour faire expérience de sa propre perception, pour se mieux connaître, pour mieux comprendre la profondeur de l’imagination humaine. Dans ces pages, l’esthétique revient à son sens primaire, c’est-à-dire une manière de donner forme à une connaissance qui passe par les sens.» - Enrico Pitozzi, professeur responsable de cours, chercheur en esthétique des arts vivants médiatiques, Département des Arts, Université de Bologne, Italie. 

 « Ce n'était pas un petit défi d'apporter une contribution inédite sur la question de l'interactivité, particulièrement débattue depuis quelques années. Rares sont les études sur le sujet qui impliquent autant de précisions tout en conservant une perspective expérientielle fidèle. L'auteure réussit parfaitement ce double pari. » - Joanne Lalonde, professeure, Histoire de l'art, Faculté des Arts, UQAM, Montréal, Qc, Canada

 « Non seulement Louise Boisclair propose une analyse méticuleuse d’œuvres interactives, elle établit également des fondements méthodologiques nous permettant d’aborder la réception de l’art numérique en particulier et même des arts visuels en général. » Jean Dubois, vice-doyen à la recherche et à la création de la Faculté des arts, UQAM, Qc, Canada

« Dans cet essai, Louise Boisclair offre au lecteur un résumé succinct des principales théories de la perception et de l'incidence de l'interactivité sur celle-ci, un compte-rendu exhaustif et une analyse fine du parcours d'un corpus d'oeuvres interactives. Il en résulte une modélisation de la démarche expérientielle et phénoménologique qui saura être utile aux chercheurs ou quiconque voudra approfondir le rapport entre le corps et l'art interactif. »  - Line Dezainde, directrice artistique, SPOROBOLE, Sherbrooke, QC, Canada

« L’ouvrage s’adresse à un public surtout universitaire dans le domaine des arts médiatiques interactifs, autant en études des arts qu’en création, aux intervenants, artistes, conservateurs, commissaires, agents de programmes de subventions, membres des centres d’artistes autogérés, etc. désireux de comprendre les phénomènes reliés à la réception des installations interactives sur le plan de la perception sensorielle et de la réaction motrice. » Évaluateur anonyme


« L’auteure possède le sens de la formulation courte et incisive et il y a fort à parier que ces formulations heureuses et concises : " Le dispositifs interactif modalise l’art comme expérience vécue en tant qu’événement et processus maintenant appareillé... (p. 15)". Certains concepts également sont originaux et pourront connaître une réutilisation féconde - le double appareillé, la perception interactive augmentée par le geste interfacé, le schéma corporel augmenté, déshabituation-réhabituation. » - Évaluateur anonyme






Pour info / Fiche produit : 
http://extranet.puq.ca/media/produits/documents/2738_G4188-FP.pdf

Pour commander : 

http://www.puq.ca/catalogue/livres/installation-interactive-2738.html


Bonne lecture !